Connect
To Top

A la recherche du #workhappy

New York : une start-up pour des bureaux “comme à la maison”

Partagez

Les entrepreneurs sont généralement focalisés sur leurs affaires et n’ont pas forcément le loisir de créer un cadre de travail séduisant pour leurs salariés. Cependant, lorsque nous évoquons le mot “start-up” – traduit littéralement par “société qui démarre”(1) –, nous pensons immédiatement à l’émergence de la Silicon Valley, l’innovation, un esprit d’équipe qui rend plus motivé dans un cadre atypique.
Prenez les exemples de Facebook, qui a installé son QG international à Dublin, ou Google : ces géants des réseaux sociaux offrent depuis toujours d’agréables voire somptueux espaces de travail à leurs salariés ! Dès leur création, de nombreuses sociétés ont su allier productivité et confort pour leurs employés. Selon Actimo (l’Observatoire de la qualité de vie au bureau), l’environnement au travail est un véritable enjeu de société. Stress, dépression, fatigue… et si cette souffrance avait un lien avec les mauvaises conditions matérielles de travail ? L’observatoire a récemment publié son baromètre ACTINEO/CSA, qui assure que près de 9 actifs sur 10 considèrent que leur espace de travail a un impact sur leur santé (2). En outre, plus d’un actif sur trois considère que son entreprise n’accorde pas assez d’importance à l’aménagement de l’espace de travail.
Qui sont les magiciens du concept Work Happy ? Blanche-Neige qui rêvait déjà d’un balai plus léger en chantant ? Je ne pense pas.

La tendance est une réponse au traditionnel
et controversé open space

J’ai découvert à New York l’un des acteurs du Work Happy. Situé sur Broadway Avenue dans le quartier de Midtown, à quelques pas du mythique Flatiron Building, Poppin fait preuve d’un enthousiasme débordant lorsqu’il s’agit de créer de nouveaux modes de vie en entreprise : le mobilier et les accessoires de bureau font preuve d’une imagination intense ! J’ai rencontré David Branham, qui évolue dans l’entreprise créée par Christopher Burch en 2010. L’ambiance a conservé un esprit “start-up”. Entrée sobre et chic aux teintes chaleureuses, canapés confortables, espace de travail lumineux, distributeurs de boissons, espaces personnels customisés…
Une des pièces expose des objets du quotidien repensés et déclinés dans des couleurs vives, amusantes, des chaises originales… Créer des équipements de bureau dans un marché à première vue saturé me paraissait un pari osé ! Mais il est vrai qu’à New York les échanges sont toujours très riches. Les entrepreneurs côtoient des professionnels de la mode, des designers, des artistes, des publicitaires. La tendance est une réponse au traditionnel et controversé open space, où les employés s’entendent et travaillent entre eux sans cloison : un environnement comme à la maison ! Les résultats sont spectaculaires. Et si le Work Happy existait vraiment ?

Entretien à New York avec David Branham


Par Frederic

WORKHAPPY-FLAT-1600x960

Q. Comment est née Poppin ? Est-ce l’essence même d’une start-up américaine ?
R. Poppin a commencé il y a près de cinq ans. Christopher Burch est un “serial entrepreneur” et un financier prodige. Il a contribué à fonder une entreprise d’accessoires colorés à prix abordables. Une équipe dédiée de 5 personnes a proposé de nouvelles alternatives pour les managers qui s’ennuyaient des choix monotones disponibles jusque-là auprès des détaillants nationaux qui dominent l’industrie aux États-Unis (et dans le monde). Avec ce nouvel éventail fraîchement créé, dicté par la nouvelle génération d’employés et les courants influents comme Google, Poppin s’est positionné pour tirer parti d’une demande d’espaces de travail originaux et accueillants. L’activité de Poppin est représentative des start-up américaines qui se concentrent sur un accès facile et rapide de produits essentiels aux besoins quotidiens, plutôt que d’offrir des services numériques ou virtuels. Les grandes ambitions et la passion des investisseurs et des employés sont le cœur de chaque start-up américaine.

Q. Sur quoi se base un acte d’achat pour tel ou tel produit de bureau ?
R. Les produits de Poppin s’adressent à différentes personnes et pour plusieurs raisons. Nous concentrons nos efforts de vente sur trois canaux commerciaux : la vente directement au consommateur (direct-to-consumer) ; les gros (détaillants) ; et le commerce électronique entre entreprises (business-to-business). Nos clients du site Internet sont à la recherche d’une gamme complète de produits Poppin. Qu’ils achètent pour leur besoin personnel ou pour 100 bureaux d’une entreprise, ils cherchent à créer une identité visuelle avec un design épuré et coloré – ils veulent des articles fonctionnels et abordables.
Nos partenaires de vente au détail, y compris « Staples », « The Container Store » comme des centaines de magasins indépendants américains – ou notre seul partenaire international, Colette, à Paris – aiment les produits Poppin sur leurs étagères, car leurs couleurs sont une grande attraction pour les clients. Les gens aiment mélanger et assortir différents articles de Poppin pour créer leur propre univers. En fait, la « customisation » (personnalisation) est en grande partie notre succès business-to-business. Nous pouvons imprimer des logos d’une entreprise sur plusieurs de nos produits, cela peut permettre aux employés et clients de profiter d’un beau cadeau d’entreprise !

Q. Quelles sont vos créations ou initiatives préférées ?
R. J’ai rejoint Poppin en 2013 pour élargir la gamme de mobilier de bureau, donc je suis très motivé en ce qui concerne les articles que nous avons créés récemment. Il y a par exemple une excellente gamme, des rangements et des sièges très simples appelés Box Seat dans des couleurs amusantes et des détails personnalisés qui me font sourire. Nos classeurs « Stow » sont une valeur fantastique, avec tant de styles que nous en avons vendu des milliers. Et notre série, un environnement de partage de bureaux, est très cool, car il peut être assemblé sans outils ! Nous avons développé un mécanisme breveté que nous appelons le Clever Lever© (levier malin), qui serre les pieds et la planche du bureau avec juste une pression. Ils peuvent être assemblés en quelques minutes, ce qui est un énorme bonus lorsque les clients mettent en place 10, 30 ou même 50 bureaux !

Q. Quelles sont les tendances aux États-Unis ? Y a-t-il des entreprises pionnières dans le domaine des fournitures de bureau ?
R. La tendance générale pour la conception des bureaux aux États-Unis depuis plusieurs années a été l’open space (plateau ouvert). Cela signifie que les cadres (ou managers) travaillent sur un plateau, entourés d’employés, afin d’encourager une plus grande collaboration et une productivité accrue. Cet environnement se rencontre aujourd’hui dans la plupart des entreprises de toutes tailles et dans toutes les industries.

« Transformer le bureau pour en faire un espace comme à la maison »

Par conséquent, la dernière tendance est une réponse à cet open space : proposer de nouveaux moyens et méthodes pour des environnements plus privatifs. Le succès de Poppin peut être également attribué à ces nouvelles ambiances. Le très populaire magasin West Elm offre maintenant une gamme de mobilier de bureau qui joue sur cette grande tendance conceptuelle : transformer le bureau pour en faire un espace “comme à la maison”. À présent, tous les grands fabricants d’ameublement de bureau présentent et développent des solutions d’ameublement pour se sentir “comme à la maison”. Les gens sont à l’aise dans leur espace de travail pendant de longues périodes.

Q. Quelle est votre définition du “#Work happy” ?
R. Ma définition du “travail heureux” fonctionne avec des gens que vous aimez et sur des projets qui inspirent naturellement la passion et l’enthousiasme, tel mon travail à Poppin assurément. Je travaille dans le domaine de la vente de meubles et le merchandising (produits dérivés) depuis 20 ans et ces années à Poppin ont été parmi les meilleures. Cela me rend heureux au travail !

WORKHAPPY-POLA-TEAM

(1) La commission spécialisée de terminologie et de néologie en matière économique et financière a traduit ce terme par « jeune pousse ».
(2) http://www.actineo.fr/article/barometre-actineocsa-2015
Les informations Poppin sont publiées sous toutes réserves. Entretien original réalisé en anglais. Veuillez consulter le site http://www.poppin.com/  pour de plus amples renseignements.
Photos : © Poppin. Flatiron Building : Photo Chroniclefred.com

Partagez

More in Art et design